Project Description

Sermon par le Révérend Eric Ma Fat

Le repas du Seigneur : Comment et pourquoi ?

Lecture : 1 Corinthiens 11:17-34

Le ‘repas du Seigneur (1 Cor 11:20) communément appelé la ‘sainte communion’, la Sainte Cène ou l’Eucharistie a été institué par Jésus Christ à la veille de sa mort. Les évangiles synoptiques, y compris Matt 26:17-29, nous ont font le récit. C’était pendant la fête juive des pains sans levain, qui leur rappela la sortie de l’esclavage de l’Egypte et la Pâque juive (passover), qui leur rappela comment Dieu protégea les premiers nés males juifs quand l’ange de la mort traversa l’Egypte pour tuer tous les premiers nés males égyptiens. Ce soir-là, Jésus allait réinterpréter la Pâque Juive pour la convertir en ‘repas du Seigneur’. Ce faisant, il nous donne dorénavant un commandement pour continuer dans la célébration du ‘repas du Seigneur’ : faites ceci en mémoire de moi (v24, 25) L’Eucharistie a été instituée pour que nous puissions nous rappeler et ne jamais oublier la mort de Jésus sur la croix et tout ce qu’elle a accompli pour nous. Cette célébration eucharistique doit continuer jusqu’à ce qu’il vienne (v26), jusqu’au retour de Jésus.

Mais comment célébrer le repas du Seigneur ? Dans quelle atmosphère devra-t-on le célébrer ? Quels sont le sens et la signification de L’Eucharistie ? Quel avertissement que Paul nous donne en cas d’abus ? Autant de questions que nous allons essayer d’élucider à travers le texte de ce matin.

1. Dans quelle atmosphère devra-t-on célébrer le repas du Seigneur ?

Le repas du Seigneur comme son nom l’indique doit être célébré sous l’autorité du Seigneur, dans sa présence et selon ses instructions. Il revêt une importance capitale dans notre foi Chrétienne parce qu’il parle de la mort de Jésus pour le pardon de nos péchés et notre rédemption. Il invoque l’unité et la communion du corps de Christ rassemblé comme l’indique 1 Cor 10:16-17 la coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est-elle pas la communion au sang de Christ ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas la communion au corps du Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps ; car nous participons tous à un même pain. En tant que Chrétiens rassemblés pour partager le même pain et le même vin, en communion avec sa mort et sa résurrection, nous nous réunissons comme un seul corps du Christ, exprimant ainsi l’unité de l’église. Le mot ‘Communion’ (Commun- Union) traduit bien cette idée d’unité, d’entraide et d’amour vis à vis de ceux qui sont les plus déshérites tout comme les premiers chrétiens qui vendaient leurs propriétés et leurs biens et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun.(Actes 2:45) Il symbolise également et très fortement l’amour agape du Seigneur pour nous (Rom 5:8), son don total de soi pour nous, prenant nos péchés sur lui pour nous donner le pardon et la vie éternelle, échangeant nos malédictions pour ses bénédictions (Gal 3:13), se faisant pauvre pour que nous soyons enrichis. (2 Cor 8:9)

En conséquence il ne faut pas prendre le repas du Seigneur à la légère, mais avec beaucoup de respect et dans la crainte de l’Eternel. Or, Paul est ahuri et complètement bouleversé par le comportement des Chrétiens à Corinthe et c’est pourquoi il a tenu à les écrire sévèrement. Lors donc que vous vous réunissez, ce n’est pas pour manger le repas du Seigneur, (1 Cor 11:20) leur accuse-t-il ? C’est que vous vous assemblez non pour devenir meilleur, mais pour devenir pires. (1 Cor 11:17) Il est bon dans ce contexte de se rappeler qu’à l’époque lorsque les chrétiens se réunissaient, ils avaient un repas pour manger (agape meal) et ensuite l’Eucharistie à proprement parler. Ils appelaient cela un ‘love feast’. Nous trouvons mention de cela dans Jude 12. À ce titre Paul invoque 3 raisons pour sa désapprobation : d’abord lorsqu’ils se réunissaient ils étaient divisés sur la question du culte de personnalité (1 Cor 1:12) ; ensuite il y a avait des désaccords sur la nourriture offerte aux idoles et troisièmement, il y avait le snobisme des riches par rapport aux pauvres. (1 Cor 11:21). Ce n’était pas le repas du Seigneur qu’ils partageaient car il n’y avait pas de partage : chacun prenant son propre repas sans partager avec ceux qui n’en ont pas, et certains étaient même ivres. (v21) Tout cela ne fait pas honneur à l’église de Dieu car il ne reflète pas l’amour agape mais l’égoïsme et le mépris vis à vis de ceux qui n’ont rien. Au lieu de démontrer l’amour agape, on constate un amour égoïste. C’est la raison pour laquelle Paul a éprouvé le besoin de bien expliquer à l’église de Corinthe et à nous aujourd’hui la vraie signification du repas du Seigneur.

2. Quel est le sens du repas du Seigneur ? Pourquoi le célébrer ?

Ce que Paul va nous expliquer aux v23-26 ne vient pas de lui mais du Seigneur Jésus qui lui a révélé. Ceci démontre l’autorité divine de ces instructions qu’il avait transmises aux Chrétiens de Corinthe. Il situe le repas du Seigneur dans son institution par Jésus Christ dans la chambre haute à la veille de sa mort. C’était dans la nuit où il fut livré (v23) par Judas Iscariot qui l’avait trahi pour trente pièces d’argent. Par conséquent le thème de la mort du Seigneur doit prédominer dans la célébration, un sacrifice inconditionnel, une fois pour toutes, pour le pardon des péchés. Ce qui donne un sens profond à la célébration, ce n’est pas simplement les actions, mais les paroles qui accompagnent les actions et surtout celui qui dit ces paroles, en l’occurrence notre Seigneur Jésus. Il prit le pain … il rendit grâces, il le rompit et le donna à ses disciples en disant : ceci est mon corps qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. (Luc 22:19) Jésus nous parle de son corps qui sera brisé sur la croix pour nous sauver et nous réconcilier avec Dieu. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui ; et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. (Esaïe 53:5) Pour accomplir la volonté de son Père, Jésus s’est offert volontairement sur la croix car je donne ma vie afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne-moi même ; j’ai le pouvoir de la donner et j’ai le pouvoir de la reprendre. (Jean 10:17-18) Il prit ensuite une coupe ; et après avoir rendus grâces, il la leur donna en disant : buvez-en tous ; car ceci est mon sang, le sang de l’alliance qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés (Matt 26:27) L’ancienne alliance établie à travers Moise avait été scellée par le sang des animaux. Moise prit le sang et il le répandit sur le peuple en disant : voici le sang de l’alliance que l’Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles. (Ex 24:8)

Mais le peuple juif n’allait pas pouvoir obéir et garder cette ancienne alliance car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés. (Heb 10:4) C’est pourquoi Jésus est venu faire le sacrifice une fois pour toutes par son sang afin d’établir une nouvelle alliance avec son peuple comme annoncée par Jer 31:33-34 voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit l’Eternel : je mettrai ma loi au dedans d’eux, je l’écrirai dans leur cœur, et je serai leur Dieu et ils seront mon peuple… car je pardonnerai leur iniquité et je ne me souviendrai plus de leur péché. Le sang de Jésus a été répandu pour la rémission des péchés comme nous l’indique Jésus lui-même car sans effusion de sang il n’y a pas de pardon. (Heb 9:22) Son sang a été répandu pour plusieurs et non pour tous car ce n’est uniquement que si nous confessons nos péchés qu’il est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de toute iniquité. (1 Jean 1:9) tout comme Marc 10:45 nous indique que le Fils de l’homme est venu non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs (et non pour tous – many but not all). Faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. (v25) La célébration de l’eucharistie est en mémoire de tout ce que le Christ a accompli pour nous sur la croix du Calvaire et donc Jésus doit être au centre même de la célébration et personne d’autre. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. (v26) L’Eucharistie est une proclamation de la mort de Jésus pour le salut de l’humanité ; elle regarde en arrière vers la mort de Jésus et en avant vers sa seconde venue. Elle englobe toute cette période de la fin des temps.

3. Avertissement concernant les abus (1 Cor 11:27-34)

Partager le repas du Seigneur est un privilège et un honneur et il incombe de ne pas le prendre à la légère en le prenant comme n’importe quel autre repas. C’est pourquoi Paul nous avertit : C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. (v27) Indignement dans le sens non seulement de la division qui sévissait parmi les Chrétiens de Corinthe par rapport à la mort sacrificielle de Jésus sur la croix pour nous réconcilier avec Dieu et avec les uns les autres (Eph 2:14-15), mais aussi par rapport aux péchés dans notre vie que nous n’avons pas repenti et confessé avant de nous approcher de la sainte Table. Quand nous le faisons indignement, nous nous rendons coupables d’avoir versé le sang de Jésus en nous plaçant non pas parmi ceux qui reçoivent les bénéfices de sa passion, mais parmi ceux qui sont coupables de sa crucifixion. C’est pourquoi, l’apôtre Paul nous demande de nous examiner d’abord, par rapport à notre attitude, notre amour les uns pour les autres, notre unité, nos péchés non confessés. Demandons au Saint Esprit de nous convaincre du péché, de justice et de jugement. (Jean 16:8).

1 Jean 1:9 nous rassure que si nous confessons nos péchés, il soit fidèle et juste pour nous les pardonner. Au niveau de l’église de Corinthe, les excès et les abus étaient tellement graves que Paul conclut que c’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes, et de malades et qu’un grand nombre est mort. (v30) En conséquence, Paul nous exhorte à nous examiner, à nous juger nous-même afin de ne pas être jugé. Le jugement de Dieu ici est dans le sens de la discipline divine, du châtiment (v32), car le Seigneur châtie celui qu’il aime et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils. (Heb 12:6) Ce n’est pas un jugement pour nos péchés, mais un châtiment pour nous corriger et nous ramener à être plus proche du Seigneur. Dieu nous discipline afin que nous ne soyons pas condamnés comme le monde incrédule au dernier jugement. Quand nous commettons le péché et que nous ne nous repentons pas immédiatement, Dieu va nous discipliner car Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté. (Heb 12:10). Les Chrétiens à Corinthe ne doivent pas venir au repas du Seigneur pour remplir leur estomac mais pour adorer le Seigneur !

Que l’expérience de l’église de Corinthe nous serve d’exemple aujourd’hui afin que nous y marchions strictement selon ce que le Seigneur nous a prescrit.