Project Description

Sermon par le Révérend Eric Ma Fat

Tout feu tout flamme pour le Seigneur

Lecture : Apocalypse 3:14-22

Avez-vous faim et soif de la présence de Dieu ? Pouvez-vous dire comme David : comme une biche soupire après des courants d’eau, ainsi mon âme soupire après toi, O Dieu ! (Ps 42:1) ou encore O Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche ; mon âme a soif de toi, mon corps soupire après toi, dans une terre aride, desséchée, sans eau (Ps 63:2) ou comme Moïse qui dit : si tu ne marches pas toi-même avec nous, ne nous fais point partir d’ici. (Ex 33:15) (If thy presence go not with me, carry us not up hence KJV) Etes-vous tout feu tout flamme pour le Seigneur, rempli de zèle, de passion, de ferveur ? Où vous êtes-vous refroidi dans votre engagement vis à vis de Dieu et dans votre marche Chrétienne et vous avez laissé l’indifférence glisser tout doucement dans votre vie ? Est-ce que vous avez toujours faim des choses de Dieu ou en avez-vous perdu l’appétit ?

La lettre de Jésus Christ à l’église de Laodicée nous sert d’avertissement et de moyen de restauration. Le livre de l’Apocalypse ch. 2-3 nous décrit les sept lettres adressées par notre Seigneur Jésus aux sept églises de l’Asie Mineure. Dans sa septième lettre, le Seigneur reproche à l’église de Laodicée d’être une église tiède, ni froide ni bouillante en sorte que cela le rend malade, au point qu’il la vomira de sa bouche. C’est un constat accablant que personne ne veut entendre de la bouche de notre Seigneur. La ville de Laodicée était connue pour trois choses : sa richesse comme un centre financier, son industrie de textile et son centre médical connu de par le monde comme possédant le remède pour la guérison des yeux. C’est une église typique de l’église de la fin des temps, tiède et indifférente dans leur relation avec Dieu, pataugeant dans l’apostasie. L’apostasie au niveau de la doctrine. Deux avertissements de Paul : sache que dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles, car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traitres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. (2 Tim 31-5) Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons. (1 Tim 4:1) Le Seigneur Jésus nous avertit que dans les derniers temps, plusieurs faux prophètes s’élèveront et ils séduiront beaucoup de gens. Et parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. (Matt 24:11-12)

Trois éléments importants dans la lettre de Jésus : la complainte de Jésus, le Conseil du Seigneur et l’appel du Seigneur.

1. La complainte de Jésus

Fidèle à son habitude dans chaque lettre, Jésus commence par une description de lui-même. Il est l’Amen, une référence dans l’AT à Dieu lui-même. Jésus affirme ici son identité divine. Deuxièmement il est le témoin fidèle et véritable. (Apo 3:14) Jésus est fidèle à toutes ses promesses et sa fidélité subsiste de génération en génération. (Ps 119:90) Whilst we are faithless God remains faithful. Il est aussi le véritable, il est le chemin, la vérité et la vie et en lui il n’y a pas de mensonge. Il est le commencement de la création de Dieu (v14). Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. (Jean 1:3) Jésus est à l’origine de toute chose.

La complainte du Seigneur est en deux parties. D’abord, il se plaint de l’indifférence spirituelle de l’église. Ensuite il se plaindra de leur ignorance spirituelle. Au v15-16, il dit : je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ? Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid ni bouillant … Le problème était la tiédeur spirituelle de l’église. Imaginez boire un café froid ou une limonade tiède ! Imbuvable ! Le mot ‘tiède’ veut dire entre les deux, ni trop chaud, ni trop froid. L’église de Laodicée était une église entre les deux. Elle n’était pas totalement froide dans sa spiritualité, mais elle n’était pas en feu non plus. C’était une église tiède. Elle n’avait pas de passion, d’enthousiasme, elle ne vibrait pas pour Dieu. Elle croyait dans la mort de Jésus sur la croix sans plus, sans que cela lui touche au plus profond de son cœur. Elle savait que beaucoup de personnes sont perdues et ont besoin du salut en Jésus Christ, sans que cela ne brise leur cœur et provoque ce désir de les évangéliser. Elle était indifférente et tiède. Le Seigneur ne veut pas que nous soyons tiède dans notre foi mais que nous soyons aussi zélés comme Lui. Le zèle de ta maison me dévore. (Jean 2:17) Pourquoi est-ce que Jésus est-il si concerné par la tiédeur de l’église de Laodicée ? Parce que, puisqu’elle est tiède, je te vomirai de ma bouche. (v16) Le mot ‘vomir’ traduit un sentiment de dégout, de rejet, une réaction violente à quelque chose qu’on ne supporte pas. Quand Dieu regarde l’indifférence et la tiédeur de l’église, cela le rend malade et il la vomit. C’est la dernière chose que nous souhaitons à notre bon Sauveur. Pourquoi cette attitude du Seigneur ? Parce qu’une église indifférente est l’église la plus difficile à réveiller. Nous pouvons prêcher la Parole avec passion, nous pouvons encourager l’église à inviter les non croyants à l’évangélisation, nous pouvons avertir de ce qui attend ceux qui n’ont pas reçu le salut, mais tout cela ne suscite aucune réaction de leur part. (couma dilo lors brede songe) En tout cela, le Corps du Christ ne reflète pas le caractère de Jésus qui était une personne remplie de zèle et de passion pour les âmes perdues. Il est venu pour chercher et sauver ceux qui étaient perdus, pour donner sa vie en rançon pour plusieurs. Il a quitté son royaume pour venir mourir sur la croix sur terre et subir toutes les souffrances et toutes les injustices afin de sauver les âmes perdues. Les renards ont des tanières et les oiseaux du ciel ont des nids : mais le Fils de l’homme n’a pas un lieu où il puisse reposer sa tête. (Luc 9:58) Telle était la passion de Jésus ! Après la résurrection et l’ascension de Jésus, les disciples étaient en feu pour le Seigneur ; les premiers Chrétiens étaient en feu, remplis de zèle. Nous aussi nous devrons rester en feu !

Deuxièmement, le Seigneur leur reproche leur ignorance spirituelle. Ils pensaient qu’ils étaient riches et qu’ils n’ont plus besoin de rien. (v17) C’est la chose la plus grave qui puisse arriver à un Chrétien, celle de penser qu’au niveau spirituel il est arrivé au sommet, qu’il n’a pas besoin de s’approcher plus de Dieu, il n’a pas besoin de plus de sa présence, de sa puissance, de son onction, celle de croire qu’on n’a plus besoin de rien, on n’a plus besoin du Seigneur Jésus, on n’a plus besoin de renouveau. Nous pouvons arriver à un point où nous devenons si spirituellement indifférents que nous ne savons plus ce dont nous avons besoin ! Mais Jésus leur dit : tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu (v17) Malheureux dans le sens qu’ils sont oppressés par des fardeaux, misérable dans le sens qu’ils sont à plaindre, parlant ainsi de leur pauvreté spirituelle. Aveugle dans le sens de l’aveuglement spirituel et nu : à leurs yeux, ils sont bien habillés mais aux yeux de Dieu, ils sont nus car Dieu regarde au-delà de l’aspect extérieur à l’aspect intérieur. Heb 4:13 tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte.

2. Le conseil du Seigneur

Au v18, Jésus leur dit : Je te conseille … Trois conseils que Jésus leur donne. Premièrement, acheter de moi de l’or éprouvé par le feu. Le peuple de Laodicée était fier de leur richesse matérielle et de leur centre financier, mais Jésus leur dit que la richesse spirituelle, l’or spirituel, était une richesse plus importante encore. Ils étaient fiers de leur vêtement de laine noire, mais Jésus leur dit qu’ils avaient besoin plutôt de vêtements blancs, un vêtement pour leur âme afin que la honte de la nudité ne paraisse pas. (v18) Ils avaient le remède pour la guérison des yeux physiques, mais Jésus leur dit qu’ils avaient besoin du collyre pour la guérison de leurs yeux spirituels. Dieu nous donne des oreilles spirituelles, des yeux spirituels afin que nous puissions voir Dieu dans toute sa gloire, que nous puissions voir un monde perdu qui a besoin d’un Sauveur. Il nous conseille de venir vers Jésus afin de recevoir toutes les richesses de Lui.

Dans le v19, il conseille non seulement une restauration, mais une repentance. Moi je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Jésus est en train de dire qu’il les aime tellement, qu’il veut les aider à surmonter leur indifférence et leur tiédeur en les reprenant et en les châtiant. Trois étapes dans l’ordre : j’aime, je reprends, je châtie. Le châtiment est une indication de l’amour. Car le Seigneur châtie celui qu’il aime et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils. (Heb 12:6) Jésus Christ nous aime tellement qu’il a donné sa vie sur la croix pour nous. Mais parfois, il nous châtie pour nous réveiller, nous rappeler combien nous nous sommes éloignés de lui et combien nous avons perdu le zèle, afin de nous ramener vers lui à nouveau dans la repentance en demandant pardon pour notre indifférence et notre tiédeur. Aie donc du zèle et repens-toi ! (v19) Le mot zèle traduit l’idée d’être bouillant, en feu, fervent en esprit, servant le Seigneur. 2 Tim 1:6 nous demande de ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l’imposition des mains. Ce n’est plus le moment de ralentir, de rabaisser les bras, de regarder en arrière. Il y a un monde dans la perdition qui a besoin d’être sauvé des ténèbres !

3. L’appel du Seigneur

v20 : voici je me tiens à la porte et je frappe. C’est une image ben triste ! Voici le Seigneur Jésus qui a versé son sang pour son église et qui est en dehors en train de frapper pour entrer dans sa propre église ! Elle est venue chez les siens et les siens ne l’ont point reçue. (Jean 1:11) Jésus est venu vers la nation juive et les juifs ne l’ont point reçu. Il est venu vers son église, frappant à la porte et l’église ne l’a point reçu. Malheureusement dans le monde, il y a des multitudes d’églises, de milliers de Chrétiens et Jésus est en train de frapper à leurs portes pour entrer. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte (v20) ‘quelqu’un’ : Jésus s’adresse à chaque personne individuellement. Le salut, l’obéissance, la marche chrétienne est une décision individuelle et non pas de groupe. La seule manière pour surmonter la tiédeur et être en feu pour le Seigneur, c’est d’ouvrir la porte de sa vie et inviter le Christ à être le Seigneur, demeurer dans sa présence et dépendre de sa puissance. La promesse de Jésus, c’est j’entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi – non pas un déjeuner mais un diner, somptueux et succulent. Le diner évoque l’idée d’une communion intime. Jésus rencontra les deux pèlerins sur le chemin d’Emmaüs et au moment où il rompit le pain et leur donna, leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent. Notre cœur ne brulait-il pas au dedans de nous lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquant les Ecritures ? (Luc 24:32) Si vous voulez garder votre cœur brulant, invitez Jésus à y venir et demeurer : si quelqu’un ouvre sa porte …

Luc 1:53 contient une parole d’avertissement : il a rassasié de biens les affamés, et il a renvoyé les riches à vide.