Project Description

Sermon par le Rev Eric Ma Fat

Si nous voulons mettre en pratique le focus 2019 ‘aime ton prochain comme toi-même’, nous sommes appelés à aimer les autres comme Jésus les aime, à voir les autres comme Jésus les voit et à servir les autres comme Jésus les sert.

Le texte de ce matin nous révèle l’étendu et la panoplie du ministère de Jésus : les pauvres, les cœurs brisés, les captifs, les aveugles, les opprimés. Sa mission sur terre, énoncée plus de 700 ans avant par Dieu à travers le prophète Esaïe, le confirme. L’église est appelée à ouvrir ses portes et à accueillir les personnes de toutes les couches sociales sans aucune distinction quelconque.Si nous voulons mettre en pratique le focus 2019 ‘aime ton prochain comme toi-même’, nous sommes appelés à aimer les autres comme Jésus les aime, à voir les autres comme Jésus les voit et à servir les autres comme Jésus les sert.

Il est intéressant de noter au v16 que Jésus avait l’habitude, dans la ville où il avait grandi à Nazareth, d’aller dans la synagogue le jour du Sabbat. De la même manière, nous aussi, à l’instar de Jésus, nous devons développer l’habitude de venir à l’église tous les dimanches.

  • Servir parmi les pauvres

La mission de Jésus, et par conséquent celle de son église, est d’abord de servir parmi les pauvres. L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres (Luc 4:18). La mission de Jésus n’était pas de donner de la nourriture aux pauvres (quoiqu’il ait nourri la foule) ; elle n’était pas de faire des miracles (quoiqu’il en a fait beaucoup) ; elle n’était pas de guérir les malades (quoiqu’il avait guéri tous ceux qui étaient malades). L’onction du Saint Esprit était sur Jésus d’abord et avant tout pour prêcher la bonne nouvelle aux pauvres. Notre mission première à l’église est de prêcher la bonne nouvelle de Jésus Christ. Tout le reste vient après.

Pourquoi est-ce que Jésus a commencé son ministère parmi les pauvres ? Tout d’abord parce que les pauvres sont plus réceptifs et sont plus conscients de leurs besoins. Dans la parabole des conviés, Jésus nous raconte l’histoire d’un roi qui avait préparé un grand souper et qui demanda à ses serviteurs d’aller dire à ses invités de venir car le repas était prêt. Malheureusement, tout le monde trouva des excuses pour ne pas venir. Il y avait celui qui avait acheté un champ et qui avait à le voir ; il y avait celui qui avait acheté 5 paires de bœufs et qui avait à les essayer ; il y avait aussi celui qui venait de se marier. En apprenant cela, le maitre, irrité, dit à son serviteur : va promptement dans les places, et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux (Luc 14:21). Ceci est vrai aujourd’hui également dans le monde. Une personne qui n’a rien, qui se trouve dos au mur, qui est en difficulté, est plus à même à chercher de l’aide auprès de Dieu. Par contre, l’église à Laodicée avait dit : je suis riche, je me suis enrichi et je n’ai besoin de rien (Apo 3:17).

Deuxièmement, Jésus sur terre s’est identifié avec les pauvres. Jésus avait grandi dans une famille relativement pauvre. Quand Jésus, enfant, fut présenté au temple, sa famille apporta comme sacrifice deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, comme cela est prescrit dans la loi du Seigneur – (Luc 2:24) Le livre de Lev 12:7-8 prévoit que si elle n’a pas de quoi se procurer un agneau, elle prendra deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, l’un pour l’holocauste, l’autre pour le sacrifice d’expiation. C’était le sacrifice des pauvres. Mais quand une personne reçoit le Christ, il devient un enfant de Dieu, un héritier du royaume des cieux, il appartient à Dieu et est membre de la famille de Dieu. Il n’est plus pauvre à proprement parler car notre Seigneur Jésus, par la grâce de Dieu, de riche qu’il était s’est fait pauvre pour nous, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis (2 Cor 8:9).

Ceci ne veut, bien sûr, pas dire que Jésus n’était pas intéressé par les riches. Il y avait ceux qui étaient riches, comme Nicodème, Joseph d’Arimathée, Matthieu qui avaient suivi Jésus. Mais la réalité veut qu’en pourcentage, il y a plus de pauvres que de riches qui suivent Jésus car Jésus nous dit qu’il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’a un riche d’entrer dans le royaume de Dieu (Matt 19:24). Ce n’est pas parce que quelqu’un est pauvre, qu’automatiquement il va entrer dans le royaume de Dieu ou que celui qui est riche n’entrera pas. Jésus ne voyait pas les personnes comme riches ou pauvres, comme intellectuels ou illettrées ; il les voyait comme des brebis égarées qui avaient besoin de la rédemption et du salut. Jésus ne faisait aucune distinction de personne et nous sommes appelés aussi à ne faire aucune distinction. L’église est appelée à aider ceux qui sont dans le besoin. Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour et que l’un d’entre vous leur dise : allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez ! et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il ? Il en est ainsi de la foi : si elle n’a pas les œuvres, elle est morte en elle-même (Jac 2:15-17).

  • Servir parmi ceux qui ont le cœur brisé

Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé (v18). Le monde d’aujourd’hui souffre beaucoup plus dans leur âme et leur esprit que dans leur corps. La médecine a le plus souvent les remèdes pour la maladie physique, mais elle est impuissante devant la maladie de l’âme. Elle ne peut que prescrire des somnifères ou des anti dépresseurs. Seul le Dieu Créateur peur guérir notre âme et notre esprit. Beaucoup de personnes souffrent intérieurement à cause du rejet (rejetée par la famille ou la société), d’un cas de divorce, de la perte d’un être cher, du péché commis et qu’elle n’arrive pas à se pardonner ; écrasée par un sentiment de culpabilité. Il y a des personnes qui, à cause d’un passé très lourd, sont aujourd’hui considérées comme bannis de la société (par exemple les ex prisonniers), entachés par le péché, condamné aux yeux des autres. L’église est là, en tant que Corps du Christ, pour les accueillir, les restaurer dans leur dignité et leur accorder une deuxième chance pour réussir dans leur vie. Leur cœur peut avoir été brisé en mille morceaux, mais l’église est là pour les raccommoder et les restaurer. Jésus nous l’affirme : ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades (Matt 9:12). Il guérit ceux qui ont le cœur brisé et il panse leurs blessures (Ps 147:3).

  • Servir parmi les captifs

Pour proclamer aux captifs la délivrance (v19) Le diable est celui qui nous tient captifs à travers le péché. Tous ont péché et sont prives de la gloire de Dieu. (Rom 3:23) et Jésus nous dit que quiconque se livre au péché est esclave du péché (Jean 8:34). Combien de personnes aujourd’hui sont esclaves de la drogue, de l’alcool, de la pornographie, du jeu, de l’immoralité sous toutes ses formes ! Jésus Christ est venu pour nous libérer de l’esclavage du péché et des griffes de Satan. Il nous a délivré de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour (Col 1:13). Jésus est venu pour nous rendre libre. C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis (Gal 5:1). Jésus nous a donné les clefs du royaume – ces clefs sont la prédication de l’évangile. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux (Matt 16:19). Il nous incombe de prendre ces clefs, d’aller vers ceux qui sont captifs de Satan, de leur prêcher l’évangile afin de les libérer.

  • Servir parmi les aveugles

Et aux aveugles le recouvrement de la vue (v19). La bible nous parle ici de l’aveuglement spirituel d’une personne. Si notre évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent ; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence afin qu’ils ne vissent pas briller la splendeur de l’évangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu (2 Cor 4:3-4). Le Satan est le père des mensonges, il essaye de nous entrainer dans le mensonge et de rejeter la vérité, afin de nous garder captifs. Apo 12:9 le décrit comme : le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre (the deceiver of the whole world). Marc 10:46-52 nous fait le récit de Bartimée, mendiant aveugle, assis au bord du chemin à Jéricho. Ayant entendu parler de Jésus, il s’écria : Fils de David, Jésus, aie pitié de moi ! Jésus s’arrêta et dit : appelez-le. Jésus s’arrête toujours à l’appel d’une personne en souffrance. Que veux-tu que je fasse ? lui demanda Jésus. Que je recouvre la vue, répondit Bartimée. Jésus lui dit : va, ta foi t’a sauvé. Aussitôt il recouvra la vue et suivit Jésus dans le chemin. L’aveuglement physique dans la bible a une portée spirituelle également. Quand les voiles sur les yeux d’une personne sont enlevées et qu’il trouve Jésus, et le reconnaît comme son Seigneur et Sauveur, il va le suivre comme son disciple.

  • Servir parmi les opprimés

Pour renvoyer libres les opprimés (v19). Le mot ‘opprimé’, en anglais, ‘bruised’, traduit l’idée d’une personne qui est tombée d’une hauteur et qui s’est blessée, avec une douleur persistante en boitant. Spirituellement, c’est une personne qui a commis une bêtise, un péché grave et qui vit dans la culpabilité et sous le regard de la condamnation de la société, de la famille ou de ses proches. L’apôtre Pierre était celui qui était tombé bien bas quand il renia le Maitre trois fois. Il était profondément blessé par son action. Il pleura quand Jésus se tourna pour le regarder (Matt 26:75). Il savait qu’il avait trahi le Maitre. Il n’était même pas au pied de la croix de Jésus. À un moment donné, il retourna à sa profession originale en allant à la pêche de poissons et non à la pêche d’âmes. Il aurait pu passer le reste de sa vie en se disant que Dieu ne pourrait jamais l’aimer à nouveau, que Dieu n’allait jamais l’utiliser et que Dieu ne prendrait plus soin de lui car il a failli à Dieu. Mais Jésus le restaura par ces paroles : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu ? Pais mes brebis (Jean 21:17). Jésus lui donna une deuxième chance, lui rendit la liberté et lui prouva son amour éternel.

L ‘église est appelée à servir les pauvres, les cœurs brisés, les captifs, les aveugles, les opprimés. Car Jésus nous dit : j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger et vous m’avez accueilli ; j’étais nu et vous m’avez vêtu ; j’étais malade et vous m’avez visité ; j’étais en prison et vous êtes venu vers moi. … Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites (Matt 25:35, 36, 40).