Project Description

Sermon par le Rev Eric Ma Fat

En tant que Chrétiens, nous sommes appelés à suivre le modèle de Jésus : faire ce que Jésus aurait fait ; dire ce que Jésus aurait dit ; penser comme Jésus aurait pensé ; aimer comme Jésus aurait aimé. A chaque moment de notre vie, quand nous avons à prendre une décision, nous devons nous poser la question : What would Jesus do ? Dans le cadre de notre focus de 2019 il est important de savoir comment Jésus, s’il était encore sur cette terre, aurait aimé les personnes autour de lui ; ceci afin de pouvoir l’imiter et faire de même

Jésus était, ce que dirait l’anglais, a people’s person. Il aimait la foule ; il aimait rencontrer des gens de tous bords ; il ne repousserait personne qui vient à lui ; il avait toujours du temps pour ceux qui étaient dans le besoin, pour ceux qui souffraient.

Comment est-ce que Jésus aimait la foule dans Matt 9:36 ? Il avait la compassion pour la foule ; son cœur débordait d’amour pour la foule. Jude 1:22-23 (version KJV) and of some have compassion, making a difference. And others save with fear, pulling them out of the fire. La compassion nous amène à faire la différence. Elle évoque l’idée ici de sauvetage du danger en les arrachant du feu. La bible nous dit que c’était d’ailleurs la mission première de Jésus : chercher et sauver ceux qui étaient perdus. (Luc 19:10)

L’histoire raconte un homme venu voir le pasteur à son bureau accompagné de son fils de 7 ans. Il y avait accroché au mur un tableau montrant un navire sur le point de couler ; des personnes tout autour dans la mer sur le point de noyer ; un bateau de sauvetage avec un homme tendant la main à une personne sur le point de couler ; les mains de ces 2 personnes étaient sur le point de se toucher. Le petit garçon demanda au pasteur : est-ce que l’homme dans le canot de sauvetage était en train de sauver cet homme en le tirant hors de l’eau ou est-il en train de lui serrer la main comme pour dire ‘bonjour’ ? Il y a 2 types d’églises : celles où les gens se serrent la main, passent tout leur temps dans le ‘fellowship’, et celles où les gens sont engagés à sauver ceux qui périssent et qui sont perdus. Dans la vie de tous les jours, quand nous serrons la main à beaucoup de gens à l’église, au travail, à l’école, dans la société, dans le voisinage est-ce uniquement pour leur dire ‘bonjour’ ou pour essayer de les sauver du danger de la condamnation et de la séparation éternelle avec Dieu ?

L’exemple suprême de ce que c’est que d’aimer les autres nous est donné par Jésus qui est venu pour rechercher et sauver ceux qui étaient perdus. Aujourd’hui c’est notre responsabilité de faire de même. Le commandement suprême de sauver les autres nous est donné dans la grande commission d’aller à travers le monde et de faire de toutes les nations des disciples. (Matt 28:19-20) Jésus nous dit : comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. (Jean 20:21) Aux yeux de Dieu l’âme d’une personne a plus de valeur que toutes les richesses du monde et cela doit l’être également à nos yeux, d’où l’emphase sur l’évangélisation. Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ? Ou que donnerait un homme en échange de son âme ? (Matt 16:26) Donc, aimer les autres comme Jésus les aime implique suivre son exemple, obéir à la grande commission et reconnaître la valeur de l’âme d’une personne. Malheureusement, trop de Chrétiens n’ont jamais amené une âme vers le Christ ; ils n’ont jamais essayé de le faire ou pire encore, sont indifférents à la nécessité de sauver des âmes. Aimer les autres tel que Jésus les aime veut dire avoir la compassion pour les autres.

 

  • Que signifie le mot ‘compassion’ ?

Le mot ‘compassion’ est un mot composé : com. et passion. ‘Com’ veut dire ‘avec’ ; ‘passion’ signifie ‘souffrir’. Compassion veut dire souffrir avec les autres, s’identifier à leurs besoins, ressentir les mêmes sentiments, faire la même expérience. En tant que Chrétiens, pour mieux comprendre la compassion du Seigneur pour les âmes perdus, il est important de retourner en arrière dans notre propre vie à l’époque où nous n’étions pas encore devenus Chrétiens : nous étions perdus, sans aucune espérance, sans Dieu, ne priant jamais, n’ayant jamais l’occasion d’être à l’écoute de la parole de Dieu, n’allant pas à l’église, n’ayant pas part aux promesses de Dieu et complètement ignorant du plan de Dieu pour nous, ne comprenant pas pourquoi nous sommes sur la terre et où nous allons après notre mort. Quand Jésus vit la foule il était non seulement ému de compassion, mais il leur démontra son amour de manière tangible en guérissant les malades, en mangeant avec les pécheurs et même dans la manière où il les toucha pour les guérir – il toucha le lépreux (Matt 8:3), la belle-mère de Pierre (Matt 8:15), les yeux des deux aveugles (Matt 9:29) Quand Jésus vit la foule, il souffrit littéralement avec eux parce que la foule était languissante et abattue, comme des brebis qui n’ont point de berger.

 

  • Qu’est ce qui nous motive à avoir la compassion ?

Jude 1:21 maintenez-vous dans l’amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus-Christ pour la vie éternelle. Jude nous demande de ne pas oublier combien Dieu nous aime, tout ce qu’il a fait pour nous et comment il nous a sauvé du péché et de la condamnation afin que cela puisse être pour nous une motivation à aimer les autres car il nous a aimé en premier. Paul nous dit que l’amour du Christ nous presse (constrains us) 2 Cor 5:14. Jude 1:2 que la miséricorde, la paix et la charité vous soient multipliées. 1 Jean 5:11-12 Dieu nous a donné la vie éternelle et cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. Nous avons reçu la miséricorde, l’amour de Dieu et la vie éternelle et il est urgent et essentiel pour nous de les partager avec les autres, comme toute bonne chose que nous recevons. Ce qui nous motive à avoir la compassion pour les autres, c’est que nous avons nous même fait l’expérience de la compassion de Dieu pour nous.

Posons-nous la question : si une personne n’a aucun désir de voir les autres accepter le Christ, est ce qu’elle a vraiment reçu le salut de Dieu ? Nous ne pouvons pas concevoir une personne ayant reçu le plus beau des cadeaux, en l’occurrence le salut, et refusant de la partager avec les autres. (evangelisation is like a beggar telling another beggar where to find food) Quand nous sommes nés de nouveau, le Saint Esprit habite en nous et ce Saint Esprit est un Esprit d’amour, un Esprit d’évangélisation qui veut voir les autres venir vers le Christ. Jude 1:22 and of some, have compassion, making a difference. Ce qui fait la différence entre une église et une autre, entre un Chrétien et un autre, c’est la compassion. Quand une église a la compassion de Christ, c’est une église qui fait la différence, c’est une église du peuple qui a la compassion pour les âmes perdues. Aimer les autres comme Christ les aime, c’est avoir le désir de garder ces personnes près de son cœur et de crier à Dieu intensément pour les sauver.

 

  • Le ministère de compassion

Jude 1:23 sauvez-en d’autres en les arrachant du feu, et pour d’autres encore, ayez une pitié mêlée de crainte. Ce verset évoque l’idée d’une personne prise au piège d’un incendie dans sa maison et que les sapeurs-pompiers arrivent à arracher du feu in extremis. Elle aurait pu périr dans l’incendie, mais quelqu’un a voulu la sauver en bravant le feu et en entrant dans la maison. Ce verset nous dit qu’il y a des personnes qui sont littéralement pris dans le feu. De quel feu parle-t-il ? Jude 1:7 Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l’impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d’un feu éternel. (Jude 1:7) Nous savons, de l’AT, que le feu tomba sur Sodome et Gomorrhe et Lot fut sauvé et délivré de ce feu par les anges du Seigneur. Le peuple de Sodome et Gomorrhe, non seulement fut brulé par le feu physique, mais ils périrent également dans le feu éternel à cause de leurs péchés sexuels abominables.

Nous avons ici une belle image de la compassion : c’est sauver une personne en les arrachant du feu éternel, l’étang éternel de feu. Jésus Christ lui-même nous parle à plusieurs reprises de ce feu, comme pour nous avertir : ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne. (Matt 10:28). Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui attacheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité ; et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents (Matt 13:41-42) Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche : retirez-vous de moi, maudits ; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. (Matt 25:41) et le diable qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, là où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles. (Apo 20:10) Au jour du jugement dernier, quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de la vie fut jeté dans l’étang de feu. (Apo 20:15) Le ministère de la compassion c’est retirer les gens de ce feu éternel. Quelqu’un qui suit le Christ, c’est quelqu’un engagé à sauver les âmes perdues. C’est ce genre de compassion qui fait la différence entre les ‘chrétiens’.

 Sommes-nous prêts à aimer les autres avec la même compassion que Christ nous a aimée ?