Project Description

Sermon par le Ps Jean Atchong

Dans le sermon pascal, le Révérend Eric vous a exhortés à rester ferme dans la foi. Où en êtes-vous en ce qui concerne votre foi et votre vie spirituelle ? Remarquez que le statu quo n’existe pas dans la marche chrétienne. Apo 3:15-16 « Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche ». Soit vous êtes froid, soit vous êtes bouillant ce qui veut dire que vous vous êtes soit relâché dans votre marche chrétienne ou engagé fermement. Je vous exhorte ce matin à faire le choix d’être bouillant pour le Seigneur, c’est-à-dire de vous engager envers Lui. S’engager implique une action. Je vais vous parler des trois axes de l’engagement.

  • Engagez-vous à prendre l’envol au lieu de parler

Certains d’entre nous parlent beaucoup. Ils ont les mots justes ; ils connaissent la bible du bout des doigts, ils mémorisent et récitent des versets. Mais ce n’est pas là l’essentiel. L’essentiel, c’est d’agir, de s’engager activement, de marcher avec Christ. Nombreux sont ceux qui se disent chrétiens mais n’agissent pas comme tel. C’est facile de dire que ‘Jésus est Seigneur’ alors qu’en réalité nous ne nous soumettons pas à Christ dans notre quotidien. C’est facile également de critiquer ceux ou celles qui occupent une position élevée à l’église alors que nous n’avons jamais été à leur place. Mahatma Gandhi a dit un jour ceci : If all Christians acted like Christ, the whole world would be Christians. Déployez vos ailes et prenez votre envol. Jésus parle du prix à payer pour vraiment le suivre. « Puis, ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. » (Marc 8:34).

‘Se charger de sa croix’ – à quoi selon vous Jésus faisait-il allusion ? Nombreux sont ceux qui disent que la croix représente la souffrance. En d’autres mots, ‘si vous vous voulez suivre Christ, vous devez être capable d’endurer la souffrance’. Faux. Jésus se servait d’une analogie. Se charger de sa croix, c’est prendre son envol, assumer ses responsabilités malgré l’incertitude et les risques que cela comporte, et demeurer fidèle à son appel. La mort sur la croix était la mission ultime de Christ et il s’est engagé à aller jusqu’au bout de cette mission. Ainsi, Dieu a créé l’oiseau avec la capacité de voler mais l’oiseau doit faire un effort pour déployer ses ailes jusqu’à ce qu’il arrive à voler. Notre mission c’est de témoigner de notre foi et amener des âmes à Christ. Vous devez donc vous équiper en étudiant la Parole de Dieu, la mettre en pratique et la partager avec les autres. Vous serez efficace dans cette mission que si vous l’accomplissez avec amour et compassion. Remarquez ce que disait Mahatma Gandhi : I would be a Christian if it were not for the Christians. Si vous avez de l’amour pour votre prochain, il sera plus facile pour vous de l’amener à Christ.

  • Engagez-vous sur le champ de bataille

La Bible fait référence à des ‘soldats du Christ’. Pourquoi ? Parce qu’il y une bataille entre les forces de Dieu et la puissance des ténèbres. Satan peut se servir des circonstances et des gens pour nous attaquer quand nous y pensons le moins. Quelle est votre contribution dans cette bataille ? Travailler pour Dieu ce n’est pas uniquement travailler comme évangéliste, enseignant, « cell leader », « worship leader », pasteur, etc. Nous devons tous nous enrôler dans l’armée de Dieu.

Vous sentez peut-être que vous avez une part très insignifiante dans la mission. ‘Je me porte volontaire çà et là, je conduis des chrétiens à l’église, je prie, je fais des dons d’argent, je cuisine, j’offre mon hospitalité ; bref je me retrouve toujours en coulisse. Mais prenons l’exemple d’une cellule qui est dirigée par un excellent leader. A quoi cela servirait-il si les membres n’ont aucun moyen de transport ? S’il n’y avait personne pour les conduire, eh bien, la cellule n’existerait pas !

1 Sam 30 fait le récit d’une grande victoire que David venait d’obtenir. Il avait laissé derrière lui 200 de ses hommes qui étaient trop fatigués pour se battre mais il leur avait demandé de veiller sur les bagages (v9). Les 400 autres qui avaient pris part à la bataille refusèrent de partager la victoire avec les 200 qui étaient restés mais David n’était pas du même avis : « La part doit être la même pour celui qui est descendu sur le champ de bataille et pour celui qui est resté près des bagages: ensemble ils partageront. » (v24). Tous les hommes avaient contribué à la victoire et avaient droit à la récompense à part égale. Pareillement si vous pensez que vous êtes insignifiant, il n’en est pas ainsi pour Jésus. Dans l’église, nous sommes tous égaux, que nous soyons à l’avant-plan ou à l’arrière-plan. Si vous êtes au-devant de la scène, n’oubliez-pas ceux qui vous soutiennent dans les coulisses. Et vous qui êtes dans les coulisses, comprenez que votre tâche, bien que moins excitante à vos yeux, est en réalité essentielle à toute l’équipe.

  • Engagez-vous à vous décharger de vos fardeaux

Quand nous descendons sur le champ de bataille, nous devons faire attention à ce qu’il y a dans notre sac-à-dos. Les soldats qui se trouvent sur la ligne de front doivent emporter uniquement ce qui est essentiel à la survie car tout surplus pourrait leur coûter la vie ou celle de leurs camarades. En tant que chrétien il se pourrait que vous ayez chargé votre sac de rancœur, du non-pardon et d’une foule de sentiments négatifs et de péchés. Eventuellement, ceux qui vous entourent seront las de vos plaintes, de vos frustrations et de votre colère. Certains ont même reçu comme une gifle vos critiques, votre attitude négative, vos palabres, votre hypocrisie et votre mauvaise humeur. Vous portez un lourd fardeau ? C’est votre problème. N’embêtez pas votre prochain avec.

1 Peter 3:9-11 « Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction. Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie Et voir des jours heureux, Qu’il préserve sa langue du mal Et ses lèvres des paroles trompeuses, Qu’il s’éloigne du mal et fasse le bien, Qu’il recherche la paix et la poursuive. » Plus loin, au verset 15, Pierre nous explique l’importance de ne pas dire ou faire des choses qui pourraient blesser les autres ou causer des conflits mais d’avoir toujours des paroles saines et positives, de chercher à faire le bien qui produit des relations paisibles.

Qu’est-ce qui peut attirer les autres à ce Jésus que vous aimez ? C’est une attitude positive et joyeuse. Les gens seront curieux de savoir qu’est-ce vous rend ainsi et d’où vient votre espérance. Mais, si vous avez une attitude négative et vous vous défoulez sans cesse sur les autres, vous produirez un effet contraire. Par ailleurs, il y a quelqu’un qui veut prendre sur Lui tous vos problèmes et votre stress.

1 Pet 5:7 dit, « déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. » En d’autres mots : Pourquoi vous chargez-vous de tous ces fardeaux ? Déposez-les à mes pieds et laissez-Moi les porter. Le Seigneur Lui-même vous parle. Obéissez et vous serez alors cette personne remplie d’espoir que tout le monde voudrait connaitre. Vous n’êtes probablement pas conscient que votre attitude pollue tout votre entourage et blesse les autres, le plus souvent, ceux qui sont proches de vous ou que vous considérez comme vos meilleurs amis. Une fois que vous ayez donné vos soucis à votre merveilleux Sauveur, non seulement vous cesserez de vous défouler sur les autres, vous pourrez au contraire aider les autres à porter les leurs.

Conclusion

Ce matin je vous exhorte à déposer votre fardeau aux pieds de Jésus, à vous enrôler comme soldat dans l’armée de Dieu, à aspirer à de plus grandes responsabilités dans le ministère, à vous engager pleinement malgré les risques. Sortez de votre zone de confort. Sinon, vous ne grandirez jamais, vous deviendrez complaisant et vous perdrez votre premier amour. Ne soyez pas satisfait. Prenez des risques. Lancez-vous dans des projets ambitieux de sorte que vous aurez besoin de Dieu pour réussir. Si Dieu vous demande de faire quelque chose de grand, de ‘marcher sur les eaux’, il attend que vous fassiez un premier pas. Aventurez-vous avec Dieu. La foi, c’est aussi prendre des risques. La Bible nous enseigne que, sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu. Le risque fait grandir votre foi.

Dans Mat 25:14-30, Jésus condamne le serviteur infidèle qui, par crainte de perdre son talent, alla le cacher dans la terre. Il le décrit comme étant méchant et paresseux, et lui prit ensuite son talent pour le donner à celui qui avait investi ses cinq talents et obtenu dix. Aimeriez-vous qu’on vous décrive comme étant un serviteur méchant et paresseux ?

Vous avez un choix à faire. Dieu veut que vous viviez avec foi. Poursuivez de nouvelles visions en mettant votre confiance en Lui et avancez avec assurance. C’est ainsi que vous grandirez dans la foi et irez de gloire en gloire.