Project Description

Sermon par le Ps Jean Atchong

Depuis le début de l’année, nous avons axé nos sermons sur le focus actuel – Aime ton prochain comme toi-même. Si nous avons fait notre part en tant que pasteurs, c’est à vous maintenant de faire la vôtre. Comme je vous ai dit, c’est un commandement de Dieu, sans compter que ce commandement apparait 8 fois dans la Bible. Si je vous parle d’un commandement de Dieu, allez-vous le rejeter, le négliger ou lui obéir ? Lui obéir bien sûr ! Ce matin, je souhaite élaborer sur l’obéissance aux commandements de Dieu tout en mettant encore plus d’emphase sur le focus 2019.

 

Obéissance

Nous en trouvons un premier exemple dans la Genèse, le premier livre de l’Ancien Testament, plus précisément, l’histoire d’Abraham et de sa femme, Sarah, qui donna naissance à Isaac à l’âge de 90 ans. On peut imaginer la honte de Sarah pendant de longues années par rapport à sa condition de femme stérile alors qu’Abraham attendait l’accomplissement d’une prophétie. Qui aurait cru? Une femme stérile âgée de 90 ans engendrant une grande nation ? Mais Isaac naquit. Il fut en effet la consécration de nombreuses années de rêve, de confiance et d’espoir. Il était la descendance d’Abraham, une descendance qui, selon la promesse de Dieu, se révèlerait aussi nombreuse que les étoiles du ciel.

Gen 22:1-8 « Après ces choses, Dieu mit Abraham à l’épreuve, et lui dit: Abraham! Et il répondit: Me voici! Dieu dit: Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai. Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l’holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait dit. Le troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit le lieu de loin. Et Abraham dit à ses serviteurs: Restez ici avec l’âne; moi et le jeune homme, nous irons jusque-là pour adorer, et nous reviendrons auprès de vous. Abraham prit le bois pour l’holocauste, le chargea sur son fils Isaac, et porta dans sa main le feu et le couteau. Et ils marchèrent tous deux ensemble. Alors Isaac, parlant à Abraham, son père, dit: Mon père! Et il répondit: Me voici, mon fils! Isaac reprit: Voici le feu et le bois; mais où est l’agneau pour l’holocauste? Abraham répondit: Mon fils, Dieu se pourvoira lui-même de l’agneau pour l’holocauste. Et ils marchèrent tous deux ensemble. »

En tant que père, mon instinct naturel c’est de protéger mes enfants du mal et ce, par n’importe quel moyen. C’est mon engagement envers ma famille. C’est pourquoi je ne peux même pas imaginer ce que ressentit Abraham quand Dieu lui demanda de faire l’impensable ; le sacrifice d’Isaac. Ce dernier était non seulement le fils tant attendu mais il était aussi la descendance que Dieu Lui-même avait promise à Abraham. Ils marchèrent pendant trois jours ; un long trajet pendant lequel Abraham aurait pu changer d’avis et retourner chez lui avec son fils. Néanmoins, il fit ce que lui ordonna l’Eternel. Il lia son fils, prit le bois et le chargea sur son fils et le moment venu, il étendit sa main pour égorger Isaac. L’obéissance est coûteuse mais Abraham était prêt à en payer le prix.

Souvent, nous ne nous sentons pas capables d’obéir à la Parole de Dieu et nous culpabilisons. C’est vrai ; nous n’accordons pas assez d’importance à ce que dit la Parole. Il est important que nous comprenions l’importance de l’obéissance à Dieu. Gen 2:16-17 « L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme: Tu pourras manger de tous les arbres du jardin; 17 mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. »

Pourtant Adam et Eve désobéirent (Gen 3:11) : « Et l’Éternel Dieu dit: Qui t’a appris que tu es nu? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger? » Remarquez, s’il y a une chose que Dieu exigea de l’homme dès le commencement de la création, c’est l’obéissance. C’était la seule et unique condition imposée à Adam et Eve pour qu’ils puissent demeurer dans le jardin d’Eden. Il n’a été fait aucune mention de la foi, de l’humilité, de l’amour, mais seulement de l’obéissance. Or, l’obéissance à Dieu inclut l’amour, l’humilité, la foi et toutes les vertus spirituelles.

 

Abondance

Gen 22 v11 à 18. L’obéissance a pour fruit la bénédiction et la récompense – je te bénirai… je multiplierai ta postérité – et l’abondance – comme les étoiles du ciel et comme le sable. Les bénédictions n’ont pas cessé avec Abraham mais les nations après lui furent bénies à cause de son obéissance selon ce que lui a promis l’Eternel (Gen 15). C’est une récompense et un honneur qui fut accordé à Abraham et qui transcenderait le temps. Il allait devenir le patriarche de la lignée de David qui engendrait le Christ. Grâce à son obéissance, il reçut abondamment au-delà de ce qu’il pouvait imaginer (Eph 3:20).

Rev 22, le dernier chapitre de la Bible, au verset 14, se lit ainsi « Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville. » Dans certaines traductions comme KJV et Amplified Bible, nous voyons cette expression : « Do his commandments ». Si « Lavez vos robes » est un commandement de Dieu, le faire c’est donc obéir à Dieu. Ainsi, à la fin comme au début de la bible il y a un commandement de Dieu auquel l’humanité doit obéir.

Exo 19:5 « Maintenant, si vous m’obéissez, et si vous gardez mon alliance, vous serez pour moi un peuple précieux parmi tous les peuples, bien que toute la terre m’appartienne. » Moise obéit à Dieu à maintes reprises. Un des exemples c’est la construction du tabernacle dans le désert. Dans le livre d’Exode, nous rencontrons la phrase suivante 19 fois : « Moise fit comme le Seigneur l’avait ordonné ». Ex 40:35 nous dit que ‘la gloire de l’Éternel remplissait le tabernacle’ et ce, parce que Moise fut obéissant.

Le livre de Deutéronome a été écrit par Moise en vue de la Terre Promise. C’est le livre de la bible où le mot ‘obéir’ apparait un plus grand nombre de fois. Il souligne toutes les bénédictions qui s’ensuivent et les malédictions en cas de désobéissance. Toutes peuvent se résumer dans ce fameux verset, Deut 11:26-28. « Voici, je mets aujourd’hui devant vous la bénédiction et la malédiction: 27 la bénédiction, si vous obéissez aux commandements de l’Éternel, votre Dieu, que je vous prescris en ce jour; 28 la malédiction, si vous n’obéissez pas aux commandements de l’Éternel, votre Dieu, et si vous vous détournez de la voie que je vous prescris en ce jour, pour aller après d’autres dieux que vous ne connaissez point. » Si vous voulez que Dieu vous bénisse, obéissez-Lui ! Par contre, la désobéissance engendrera les malédictions et le châtiment de Dieu, que vous soyez chrétien ou pas.

 

Conclusion

Un chrétien obéissant jouit de la présence de Dieu. Jean 14:15 « Si vous m’aimez, gardez mes commandements. » Remarquez que Jésus ne nous dit pas : Si vous m’aimez, lisez la bible pendant une heure chaque jour, mémorisez les 31173 versets, pratiquez l’étude biblique, priez sans cesse, ayez plus de foi, soyez gentil envers tout le monde, témoignez envers les non-croyants, invitez-les à l’église, donnez 10% de vos revenus à l’église et 5% aux missions, portez-vous volontaire dans les nombreux ministères de l’église’. Nous accordons trop d’importance aux pratiques religieuses et à l’enseignement des hommes alors que Jésus dit tout simplement : ‘Si vous m’aimez, gardez mes commandements’.

Jean 15:10 dit : « Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour ». La seule manière de demeurer dans l’amour de Dieu c’est de garder Ses commandements. L’essentiel ce n’est pas de lire la bible, de prêcher la Parole, d’inviter les non-croyants aux réunions d’évangélisation, d’obéir uniquement à quelques commandements, par exemple, ne pas tuer, voler ou commettre l’adultère, mais d’obéir à Dieu dans tout ce qu’Il nous demande de faire. Rappelez-vous ce qu’Il dit un jour à ses disciples : Luc 6:46 « Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur! et ne faites-vous pas ce que je dis? »

Voudrais-tu que Jésus te dise cela ? Non ? Alors, garde ses commandements ! Aime ton prochain comme toi-même !